bt_bb_section_bottom_section_coverage_image

Bonnes pratiques et Méthode28 juillet 20220Comment les Objectifs de développement durable peuvent-ils alimenter la démarche RSE ?

Depuis septembre 2015, les états membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ont adoptés, dans le cadre de l’Agenda 2030, 17 Objectifs de Développement Durable, remplaçant les Objectifs du Millénaire pour le développement qui peuvent se définir comme un programme universel et une feuille de route pour tendre vers une planète vivable et durable pour tous.
Ces Objectifs de Développement Durable répondent aux défis mondiaux actuels, notamment ceux liés au climat, à la dégradation de l’environnement, à la pauvreté, à la paix et à la justice. Etant interconnectés, chacun doit être atteints pour permettent la réalisation des autres, d’ici à 2030. Ils concernent autant les individus, que les gouvernements, que les entreprises, qui pour ces dernières ont un rôle capital à jouer.

Quels ODD pour quels impacts ?

Les ODD concernent tous les pays sans exception et ont donc une application universelle et un langage commun. L’Agenda 30 a pensé les Objectifs de développement durable afin qu’ils favorisent un changement systémique en ayant une approche holistique, la réalisation d’un ODD peut donc contribuer à la réalisation de beaucoup d’autres, et les uns ne peuvent être atteints sans les autres.

5 piliers permettent d’articuler l’action de l’ONU autour des Objectifs de Développement Durable :

Pilier 1 : Planète

  • 6 : Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable
  • 7 : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable
  • 11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables
  • 13 : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions
  • 14 : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable
  • 15 : Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Pilier 2 : Population

  • 1 : Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde
  • 2 : Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable
  • 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge
  • 4 – Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie
  • 5 : Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Pilier 3 : Prospérité

  • 8 : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous
  • 9 : Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation
  • 10 : Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre
  • 12 : Établir des modes de consommation et de production durables

Pilier 4 : Paix

  • 16 : Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous

Pilier 5 : Partenariats

  • 17 : Renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement et le revitaliser. Ce dernier ODD est la clé de voûte de la réussite de l’ensemble des ODD, et est en cohérence avec la volonté de coalition en lien avec l’Accord de Paris sur le climat.

 

Ces 17 ODD sont eux-mêmes déclinés en 169 cibles qui permettent de clarifier les moyens d’actions pour l’atteinte des objectifs. Les Objectifs de Développement Durable sont caractérisés par des résultats chiffrés grâce à 244 indicateurs permettant de mesurer l’impact des actions mises en œuvre. Ainsi, ces indicateurs permettent une comparaison à l’échelle internationale et rendent tangibles l’avancée des pays vers la réalisation des objectifs, lorsqu’ils sont analysés et pilotés. Par exemple, en 2019, le rapport SDG Index and Dashboards Report nous montre les pays en fonction de leur réalisation des ODD, ceux étant proches en bleu foncé et ceux étant loin en bleu clair.

SDG - Index - Dashboard - Interactive

Source : SDSN et Bertelsmann Stiftung, « SDG Index and Dashboards Report »

 

De nouveau courant de pensée tel que celui de Johan Rockström et Pavan Sukhdev du Stockholm Resilience Centre propose une nouvelle façon de voir les Objectifs de Développement Durable, de manière moins segmentée (que celle de l’Agenda 30 par exemple) en mettant l’accent sur l’appartenance de l’être humain à la biosphère et donc sa dépendance à cette dernière.

Ainsi, pour pouvoir atteindre l’égalité entre les sexes ou encore mettre fin à la pauvreté, il faut opérer dans une planète stable et résiliente. Pour cela, protéger la biodiversité terrestre comme aquatique, lutter contre le changement climatique et gérer l’eau durablement sont prioritaires afin de faciliter par la suite l’éducation pour tous ou encore l’accès à une énergie durable et à un coût abordable.

SDG wedding cake model

Source  : Azote pour le Stockholm Resilience Centre, Stockholm University (CC BY 4.0)

 

Quels liens entre Objectif de développement durable (ODD) et RSE ?

L’ONU est très clair sur le fait que tous les acteurs doivent contribuer aux Objectifs de Développement Durable, en particulier les entreprises. Elles doivent s’engager à participer au changement actuel, que ce soit pour suivre la réglementation ou par convictions, et peuvent donc intégrer les ODD dans leur stratégie au sens large, surtout dans leurs orientations RSE.

Bien que certains ODD concernent plus certaines entreprises que d’autres, tous les 17 Objectifs de Développement Durable peuvent s’appliquer aux entreprises. C’est un cercle vertueux, les ODD orientent la stratégie RSE de l’entreprise et les actions de cette dernière, contribuent à un développement de l’entreprise plus responsable et à l’atteinte des 17 ODD.

 

Quels sont les avantages de contribuer aux Objectifs de Développement Durable en tant qu’entreprise ?

Tout d’abord, aucune entreprise ne peut prospérer dans un environnement défavorable. Les entreprises consomment ou utilisent des ressources et doivent donc les gérer durablement pour fonctionner et grandir.

De plus, s’aligner sur les ODD offre une légitimité car ils représentent un langage commun, et sont reconnus mondialement. Ainsi Clients et fournisseurs partagent une terminologie et des ambitions responsables communs, ce qui est toujours un avantage dans les échanges. Les 17 ODD représentent un consensus universel pour le développement durable, validé par la science. Par exemple, en France, 98 % des entreprises analysées dans le Baromètre “ODD et entreprises françaises” 2020 du Global Compact France (la branche entreprise de l’ONU) et PwC France, connaissent les ODD. Cela permet aux entreprises d’échanger entre elles sur leurs bonnes pratiques et de communiquer facilement sur leur démarche RSE. S’aligner sur les ODD apporte confiance et légitimité auprès des clients, des fournisseurs, des investisseurs et également des collaborateurs. Cela a une incidence bénéfique sur l’image de marque et attire aussi des talents, sources d’évolution pour l’entreprise.

Puis, les Objectifs de Développement Durable servent de structure à la démarche RSE de l’entreprise. En effet, grâce à leur clarté et précision, les ODD peuvent constituer la colonne vertébrale de la RSE d’une entreprise. Au-delà du fait qu’utiliser les ODD en RSE permet de communiquer clairement sur ses actions, c’est un véritable outil pour construire une stratégie et des actions impactantes.

Enfin, décider de produire des produits ou services plus durables peut même permettre d’accéder à de nouvelles opportunités de marchés, avec des modèles d’affaires alternatifs à l’économie actuelle appelée “Linéaire” qui consiste à produire, consommer puis jeter, comme l’économie de la fonctionnalité (usage plutôt que vente), l’économie circulaire, l’économie collaborative ou encore le biomimétisme (ingénieries inspirées du vivant). Certaines entreprises françaises de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) montrent la voie comme Too Good to Go (alimentation) ou Enercoop (énergie).

 

Comment contribuer aux Objectifs de Développement Durable en tant qu’entreprise ?

Pour commencer, il est nécessaire de prendre connaissance des 17 Objectifs de Développement Durable et d’identifier ceux auxquels notre activité permet de contribuer. En effet, il n’est pas recommandé d’agir sur tous les ODD à la fois, afin de concentrer son temps et son énergie au bon endroit. Le plus important est de comprendre quel est son impact, en réalisant un bilan de nos émissions de gaz à effet de serre par exemple, et de se concentrer sur les enjeux sur lesquels on peut avoir un impact et qui sont à notre portée.

Ensuite, l’idée est de les hiérarchiser, en fonction de nos priorités et de l’importance des ODD. En général, les ODD prioritaires pour les entreprises sont le “8. Travail décent et croissance économique”, le “12. Consommation et production responsables”, le “5. L’Egalité entre les sexes”, le “3. Bonne santé et bien-être”, et enfin le “13. Lutte contre les changements climatiques”. Ainsi, les entreprises mettent majoritairement en place des actions pour participer à l’atteinte de ces objectifs. Elles participent moins souvent aux ODD tels que le “2. Faim « zéro »” ou le “14. Vie aquatique”.

Il s’agit ensuite de s’imprégner des Objectifs de développement durable qui ont été sélectionnés afin de bien comprendre comment participer à leur réalisation. La phase suivante est à construire avec ses parties prenantes. En effet, la définition de la stratégie RSE et du plan d’actions vers la réalisation des ODD doit se faire en concertation avec toutes les parties de l’entreprise, pour un impact positif réel et en évitant de tomber dans le greenwashing. Durant cette phase, il faut définir des objectifs chiffrés et des indicateurs pertinents pour mesurer les résultats par la suite.

Enfin, engager ses collaborateurs dans une démarche collaborative pour mettre en place des actions concrètes et impactantes permettra d’ancrer le changement dans toute la chaine de l’entreprise.
L’exemple de Danone illustre bien comment les Objectifs de développement durable peuvent être utilisés pour structurer sa stratégie RSE. En effet, Danone est engagé sur 6 ODD sur lesquels elle a un impact direct : “2. Faim « zéro »”, “3. Bien-être et santé”, “6. Eau propre et assainissement”, “8. Travail décent et croissance économique”, “12. Consommation et production responsables” et “13. Lutte contre le changement climatique”. Danone s’engage aussi sur les autres ODD sur lesquels elle a des impacts indirects. Cela lui a permis de devenir la première société cotée à adopter le statut de Société à Mission, introduit par la loi Pacte en 2019, c’est-à-dire une entreprise dont les objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux sont conformes à sa raison d’être et définis dans ses statuts.

 

Klapoti vous aide à intégrer les ODD dans votre démarche RSE !

Chez Klapoti, on accompagne nos clients dans une déclinaison opérationnelle de leur stratégie RSE en 3 étapes avec comme ambition mesurée de participer à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable.

SENSIBILISER – En ouvrant le dialogue autour des questions RSE, pour permettre la prise de conscience sur l’amplitude du sujet autour des ODD.
ENGAGER – En définissant avec les parties prenantes une stratégie RSE à impact et les modalités du passage à l’action de l’entreprise tout entière.
AGIR – En invitant les collaborateurs à y contribuer dans un processus collaboratif, impactant et créateur de valeur.

En donnant accès aux enjeux, en gérant les plans d’action, en organisant le suivi des idées, en pilotant les trajectoires à travers les ODD et en mesurant l’efficacité des actions prises, sécurisez l’objectif poursuivi autour d’une RSE impactante et cohérente.

Helena Damasse
Responsable RSE, chez klapoti

Partager

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *